Accueil > R&D > Retour de mission

Retour de mission
Enquête rétrospective auprès des hivernants polaires français


2007-2010

mercredi 14 mai 2014, par Amaury Solignac

Cette recherche porte sur un versant méconnu des missions en environnements extrêmes : le retour chez soi. Il s’agit d’une enquête rétrospective menée auprès de 150 vétérans des hivernages polaires qui avaient hiverné au moins une fois entre 1945 et 2005.

L’étude a été menée par Amaury Solignac, psychologue chargé pendant 10 ans par le service médical des TAAF/IPEV d’évaluer l’aptitude psychologique des candidats aux hivernages, avant leur départ en mission pour plus de 12 mois.

Si le retour est mal connu, il n’en reste pas moins une étape importante dans l’aventure que vive les hivernants polaires. Ce travail a récemment trouvé un nouveau développement dans la recherche Follow-Up.

Remerciements sincères à tous les hivernants qui ont participé à cette étude, ainsi qu’aux associations AAEPF et AMAPOF, maintenant réunies au sein de l’AMAEPF.

Les recherches en psychologie polaire se concentrent sur les processus d’adaptation et de performance pendant le cours de la mission ou en amont : prévention par la sélection et la préparation, suivi psychologique par le médecin de la station. La fin de la mission et le retour chez soi sont des phases moins connues, et souvent moins étudiées, de ces missions en environnements dits extrêmes.

Cette recherche exploratoire vise à caractériser le retour de mission polaire de longue durée, dans ses modalités individuelles et collectives. Plusieurs angles d’attaque théoriques sont invoqués pour éclairer la situation du retour, et les sources employées sont diverses : questionnaire d’enquête rétrospectif adressé à des membres d’associations d’anciens, entretiens de première main, retranscriptions d’entretiens de debriefing menés par des psychologues à la fin de certains hivernages, ou encore témoignages autobiographiques.

L’analyse des sources quantitatives et qualitatives suggère que des difficultés temporaires sont habituelles, dans les semaines qui suivent directement le retour d’hivernage. Ces difficultés peuvent s’exprimer dans des domaines aussi variés que la vie de couple, les relations familiales, professionnelles, sociales, ou encore dans le domaine du corps. Au-delà de ce premier temps du retour, les valeurs et les représentations de l’hivernant sont susceptibles d’être remaniées par une année vécue dans un contexte inhabituel, et par le retour lui-même. Cette recherche est également l’occasion de mieux définir l’expérience vécue de l’hivernage, en partant du récit rétrospectif des participants sur leur séjour.

Pour découvrir plus en détail les résultats de l’enquête, vous pouvez consulter ce rapport aux participants. Vous pouvez aussi lire un résumé plus théorique dans cette intervention de colloque, ou dans la présentation de la soutenance. Le texte complet de la thèse est également consultable en suivant le lien ci-dessous.

Consulter la thèse


Illustration : photographie tirée du livre de Frederic Cook, Through the First Antarctic Night (1900).
De haut en bas : Cook, Amundsen et Racovitza avant et après leur mission à bord du Belgica en 1898-1899.